Norma Sansvisage

D’abord attirée par la littérature et l’écriture qu’elle délaissera en classes préparatoires, Norma se tourne rapidement vers le dessin, qu’elle pratique depuis toujours et intègre les beaux arts de Marseille avant de chercher un apprentissage en tatouage.

Loin des clichés populaires, elle aborde la discipline comme un nouveau médium où il faut composer avec l’autre, la chair et les sentiments, donnant à l’acte tribal une dimension émotionnelle forte, presque cathartique.

D’une poésie sombre, ses dessins esquissent sans relâche les émotions qui l’animent au travers de corps mêlés de larmes et d’objets relevant d’un imaginaire mélancolique.

La femme sans visage n’est pas sans cœur.

Prendre Rendez-vous